Formation


Mobilité | Léa nous parle de son échange à Bergen en Norvège

du 3 février 2022 au 3 mars 2022

Interview de Léa NICOLAS sur sa mobilité d’études à l'Université de Bergen.



Retrouvez quelques photos du voyage de Léa à la fin de l'interview !


► Peux-tu te présenter et nous parler de ton parcours ?

Je m’appelle Léa NICOLAS, je suis en 5è année d’ingénieur spécialité informatique. J’ai débuté mon parcours dans l’enseignement supérieur par le cycle préparatoire (PeiP) à Polytech Grenoble. Dans le cadre de ma dernière année en cycle ingénieur à Polytech Lyon, j’ai effectué une mobilité d’étude d’une durée de 5 mois en Norvège, à Bergen, de fin juillet à fin décembre.
 


► Pourquoi as-tu souhaité partir en mobilité d’études ?

Ce projet me motivait depuis mon entrée dans les études supérieures. Je pense personnellement que partir à l’étranger est un moyen efficace de s’immerger dans un pays et de le découvrir dans sa globalité. J’ai choisi la Norvège comme destination car je voulais rester en Europe, mais voyager dans un pays très anglophone afin d’améliorer ma pratique de la langue anglaise. De plus, j’avais déjà le désir de visiter la Norvège, reconnue pour sa qualité de vie. Dans le cadre du projet ARQUS, l’université Lyon 1 propose un échange avec l’université de Bergen depuis 2019. Aussi, j’ai eu l’opportunité de partir avec trois de mes camarades de classe, ce qui a rendu mon départ plus rassurant !
 

► Comment t’es-tu préparée à partir ?

Avec beaucoup de lecture ! Avant mon départ, j’ai pris des renseignements sur de nombreux blogs de voyage. Je me suis également documentée avec l’indispensable guide du routard. Dans mes lectures, j’ai appris que Bergen était réputée pour être la ville la plus pluvieuse (250 jours de pluie par an), j’ai donc investi dans un K-way et des vêtements chauds ! Comme on dit en Norvège : « Il n’y a pas de mauvais temps que de mauvais vêtements ».
 

► Qu’est-ce qui t’as le plus marqué lors de ton séjour à l’étranger ?

La nature norvégienne est époustouflante, la beauté des paysages m’a beaucoup émerveillée. On surnomme Bergen « la ville aux sept collines » car elle est entourée de sept montagnes : j’ai pu en découvrir quatre d’entre elles lors de randonnées. Les balades à travers les Fjords sont magnifiques ! Ulriken (643 mètres d'altitude) est la plus haute et elle possède un téléphérique. Cependant, en raison du prix (40 € A/R), la plupart des touristes montent les 1330 marches. J’ai été surprise de voir les norvégiens monter en courant, montre en main et redescendre aussitôt ! Ce sont de grands sportifs.
 

► Quelle spécificité de ton pays et école d'accueil as-tu découverte ?

En Norvège, le système universitaire est assez différent : les étudiants choisissent les matières de leur choix pour construire un parcours totalement personnalisé en fonction de leurs intérêts. Par ailleurs, les TD ne sont pas obligatoires et aucune correction n’est proposée par les enseignants : les élèves s’autoévaluent. Cette méthode d’enseignement fonctionne car les norvégiens sont très disciplinés. Enfin, une autre spécificité est que les étudiants perçoivent une rémunération de 800 € par mois qu’ils devront rembourser à hauteur de moitié à l’issue de leur scolarité.
 

► Un conseil à donner pour les futurs étudiants en mobilité internationale ?

Il faut anticiper son voyage sur le plan financier. En ce qui me concerne, le niveau de vie en Norvège était assez élevé, par exemple au restaurant, une bière coûte 12€ et une pizza Margarita 20€. Il fallait donc prévoir suffisamment d’argent pour vivre sur place et pouvoir profiter au sein du pays.
 

► Quels sont tes projets pour la suite ?

Je vais effectuer mon stage de fin d’études pour six mois à Lyon et j’espère être embauchée par la suite. Je vais évoluer dans une petite entreprise qui s’occupe de la gestion de données B2B (data visualisation, structuration des données, optimisation de performance, machin learning).
 

► Une anecdote pendant ton séjour là-bas ?

Je peux raconter une anecdote qui témoigne de la bienveillance des norvégiens. Lorsque mes parents sont venus me rendre visite, nous avons pris un bus et nous nous sommes perdus… Le chauffeur s’en est aperçu et il a spécialement arrêté le bus pour nous indiquer lui-même le chemin. Il existe une vraie solidarité, les gens s’entraident et je comprends pourquoi la Norvège est élue comme l’un des pays « les plus heureux du monde ».
 

► Un endroit à visiter absolument ?

Je recommande les îles Lofoten qui sont un véritable paradis ! Elles représentent la Norvège dans toute sa splendeur : on peut admirer les aurores boréales et profiter de somptueux paysages de nature sauvage et préservée. Cet archipel est l’un des plus beaux décors. Je conseille également Tromse, une ville au nord de la Norvège riche en activités : j’ai eu la chance de voir des orques dans leur milieu naturel et j’ai pu échanger avec des éleveurs de rennes Samis, un peuple autochtone. Il est également intéressant de se rendre à Stavanger pour voir le Preikestolen (rocher qui culmine à 604 mètres au-dessus du Lysefjord). Enfin, n’oubliez pas de découvrir Oslo, la capitale !
 

► Un cliché sur le pays/les habitants ?

J’imaginais les norvégiens plutôt écologistes en raison de leur modèle énergétique unique en Europe. La Norvège produit la quasi-totalité de ses besoins en électricité à partir de sources renouvelables grâce à son potentiel hydraulique. Pourtant, en pratique, je me suis aperçue que les norvégiens ne faisaient pas attention à l’électricité : ils n’éteignent jamais la lumière, même à l’extérieur !
 

► Le mot de la fin :

La mobilité est une expérience à part entière, j’en garde un excellent souvenir et cela m’encourage à voyager davantage !

 / 1
Publié le 3 février 2022 Mis à jour le 14 février 2022